Mot Monsieur Attal, Bannière
Journal de vie

« La fantaisie n’est pas obligée de disparaître avec l’adolescence »

Ce matin, j’ai reçu plusieurs coups de fil. Le confinement, ça ramène les gens à vous d’une façon étonnante parfois. Entre l’habituel appel de ma mère et l’occasionnel de ma sœur aînée, c’est mon professeur de français de sixième qui a fait vibrer mon téléphone.

Quel honneur : la sixième, c’était il y a 17 ans déjà.

À l’époque, j’étais tellement désinvolte, j’écrivais beaucoup. J’écrivais pour rien. Mon regard se portait sur tout, j’étais affamée de mots, de figures de style, et de maux sans fin. J’avais 20 de moyenne en français sans effort, parce que j’aimais ça. La langue, tous ses rouages m’intriguaient et me passionnaient. A quel moment j’ai fini cheffe de projet digital, à tout synthétiser et tout ranger dans des cases ?

Au téléphone, mon professeur me demande : « Quand est-ce que tu as arrêté d’écrire ? » C’était en première, j’avais 17 ans et je commençais à me consumer sérieusement. Je n’écrivais plus, je préférais me laisser éteindre par les bras d’un amour étouffant – sa poigne féroce et ma perte totale de confiance en moi, entre autres choses.

« Tu devrais te lancer à nouveau. Ce qui intéresse les gens, ce n’est pas forcément de la grande littérature… Mais ce que toi tu écris tout simplement, tes mots et ta sensibilité. Ton plus grand frein Annie, ça sera toujours ton perfectionnisme qui t’empêche de créer et agir.« 

Il n’a pas tout à fait tort… Mes idées restent dans des boîtes, bien compartimentées dans mon cerveau pour ne déranger personne. Mais ces derniers temps, j’envisageais de créer « Nos Yeux Planètes ». Lui, il a des yeux planètes, je me rappelle bien de la bonté qui transpirait de ce regard quelque peu paresseux.

Pour Nos Yeux Planètes, je crois que je visualisais mal la chose avant qu’il ne me partage sa vision aujourd’hui : je pensais SEO, analytique, utilité publique… Mais peut-être que tout ce qui compte, c’est de commencer à écrire.

Mots Monsieur Attal
Quand j’ai quitté le collège, j’ai eu le droit à ce livre et ces doux mots.

Un commentaire

  • Suzie

    C’est touchant d’avoir des profs aussi impliqués ! Félicitation pour ta volonté de faire ce que tu aimes ! Je te souhaite le meilleur dans ce projet 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *